Urgence PAC : dernier appel pour une PAC engagée en faveur de la transition durable de nos systèmes alimentaires !

Le dimanche 18 octobre 2020, Agroecology In Action et Voedsel Anders ont envoyé une lettre commune aux eurodéputés belges juste avant une semaine de négociations et de votes au Parlement Européen concernant la Politique Agricole Commune. Un compromis négocié entre 3 principaux groupes parlementaires (le PPE, S&D et Renew) est sur la table. De nombreux éléments de ce compromis ont été rendus publics et montrent qu’il a été largement influencé par le lobby du système agricole dominant (COPA-COGECA). Agroecology In Action et Voedsel Anders ont envoyé la lettre ci-dessous aux eurodéputés belges en leur demandant de voter contre ce compromis qui mettrait à mal les ambitions du Greendeal et de ses stratégies "De la Ferme à la Table" et "Biodiversité".


Madame/Monsieur la/le député·e,
Chère Madame/ Cher Monsieur,

Les plateformes Agroecology In Action et Voedsel Anders (représentant un large collectif d’associations engagées dans la transition vers des systèmes alimentaires agroécologiques en Belgique) sont sérieusement préoccupées par les négociations en cours sur la réforme de la PAC.

Nous sommes particulièrement inquiets à propos de l’accord négocié entre le PPE, les S&D et Renew. Des éléments rendus publics de cet accord sont pour nous inacceptables et vont à l’encontre des engagements et en particulier des stratégies “de la ferme à la table”, du Green Deal” et “Biodiversité”.

Nous ne pouvons pas accepter une nouvelle réforme de la PAC qui ne réponde pas aux enjeux sociaux, climatiques et environnementaux de notre époque. C’est pourquoi nous vous demandons de voter contre ce compromis lors du vote en séance plénière du Parlement.

Notre collectif soutient au contraire une réforme en profondeur de la PAC selon les objectifs suivants :

  • la souveraineté alimentaire européenne ;
  • un accompagnement des agriculteur·rice·s à la transition agroécologique et au respect des engagements climatiques et de biodiversité ;
  • des conditions sociales fortes (en cohérence avec les obligations de la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant en milieu rural) ;
  • un soutien maximal aux petites fermes et aux (nouveaux·elles) agriculteur·rice·s actifs et une limitation stricte des subsides aux grandes exploitations ;
  • une régulation du marché agricole et le respect de l’exception agricole dans les accords de libre-échange.

Plus concrètement nos collectifs soutiennent les revendications du mouvement paysan européen (voir la lettre de la coordination européenne Via Campesina) et de la société civile européenne (voir la lettre de la EU Food Policy Coalition).

Le vote qui aura lieu entre le 20 et le 23 octobre est crucial. Nous serons particulièrement attentifs à ce que nos eurodéputés écoutent la voix des scientifiques et de la société civile qui réclament une réforme fondamentale de la PAC à la hauteur des enjeux.

En espérant que vous tiendrez compte de cet appel, veuillez agréer, Madame la député/Monsieur le député, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Et leurs membres co-signataires de la lettre :